Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 19:54

RACISME D’ETAT ?
Racisme d’Etat, l’Affaire Laurent Gabaroum en est la parfaite illustration….
En effet, ayant suivi tout le parcours normal d’un justiciable pour faire reconnaître la discrimination raciale dont il est victime dès les années 1980, Laurent GABAROUM obtient du Conseil de Prud’hommes de Paris la condamnation de la société Renault à lui verser la somme de 120.000 € pour « inexécution loyale du contrat de travail ».
En cause d’appel, aussi incroyable que cela puisse être, le jugement en départage du Conseil de Prud’hommes de Paris a été infirmé et Laurent GABAROUM a été débouté de l’intégralité de ses demandes et condamné à rembourser les 120.000 €.
La Cour de cassation emboîte le pas et sonne le glas de cette affaire gênante pour l’Etat actionnaire en procédant à un enterrement de première classe de cette affaire.
Après épuisement des voies de recours en France, Laurent GABAROUM saisit le Comité de l’ONU pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CERD).
Dans le cadre de la procédure devant le CERD, une supercherie a été mise à jour : le blackface (noircissement) par fraude des photos des Cadres blancs présentés comme des Cadres de couleur noire par la société RENAULT pour fausser la décision de justice et nier la discrimination raciale.
Conformément à la Convention de l’ONU, la décision rendue le 10 août 2016 par le Comité de l’ONU pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale impose à la société
RENAULT la réparation intégrale du préjudice subi par Laurent GABAROUM en cohérence avec les dispositions de la résolution 60/147 du 16 décembre 2005 de l’Assemblée Générale de l’ONU.
Pourtant depuis plus d’un an, silence radio. L’Etat français reste muet …escomptant peut-être parvenir à étouffer, le temps passant, la décision rendue par le Comité de l’ONU.
Appliquons la devise de la France (Liberté, Egalité, Fraternité), refusons une justice à deux vitesses. Ne nous taisons pas. Il en va de l’avenir de notre pays, de l’avenir de nos enfants et du « Vivre Ensemble ».
#racisme #discrimination

• Opinion du CERD (Comité de l’ONU pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale) sur l'Affaire disponible sur le lien : http://juris.ohchr.org/Search/Details/2175

• Vidéos sur la génèse de l’affaire :
o www.ina.fr/video/CAB86030648

• Quelques articles de presse sur l’affaire Gabaroum/Renault :
o https://www.lesechos.fr/…/19327-023-ECH_discrimination-raci…
o https://lexpansion.lexpress.fr/…/blacks-blancs-beurs-et-dan…
o https://www.la-croix.com/…/2…/Dossier-_NP_-2004-12-14-224500

Partager cet article
Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 20:58
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 22:27

Action collective

 
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire

Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais « Ile de France Mobilités ») [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).

Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les démarches en vue de la reconnaissance du droit de séjour ?

Le Gisti, la Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, la Cimade Île-de-France, Dom’asile, la Fasti, l’Union des syndicats CGT de Paris, l’Union des syndicats CGT des Yvelines et l’Union syndicale Solidaires ont déposé un recours contre cette mesure [3].

Relevant une discrimination évidente, le Défenseur des droits a décidé de s’associer à cette procédure [4].

Le tribunal de Paris vient de leur donner raison [5]. Il rappelle que les dispositions législatives (article L. 1113-1 du code des transports) « ne subordonnent le bénéfice de la réduction tarifaire dans les transports qu’à la seule condition de disposer de ressources égales ou inférieures » à un seuil fixé par la loi, « qu’elles ne posent pas de conditions supplémentaires selon lesquelles le bénéfice de cette réduction tarifaire serait, en ce qui concerne les ressortissants étrangers, réservé aux personnes en situation régulière bénéficiant de la couverture maladie universelle complémentaire ; qu’ainsi, en excluant de la réduction tarifaire les étrangers en situation irrégulière bénéficiant de l’aide médicale d’Etat, le STIF a commis une erreur de droit ». En conséquence, le juge annule la décision prise par le STIF.

Les organisations requérantes sont désormais attentives aux nouvelles décisions qui devront être prises dans le respect de cette solution et permettront aux étrangers les plus précaires de la région de ne plus être discriminés dans leurs conditions de déplacement pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires. Plus généralement, elles invitent les autorités organisatrices de transports urbains de l’ensemble du pays à respecter ces obligations qui sont aussi les leurs.

Signataires :

  • CGT 75
  • CGT 78
  • Dom’Asile
  • Fasti
  • Gisti
  • La Cimade Ile-de-France
  • Union syndicale Solidaires
  • Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers
 

[4] Décision n°2017-284, 5 décembre 2017, en ligne sur cette page consacrée aux Réductions tarifaires dans les transports

[5] Tribunal administratif de Paris, 25 janvier 2018, n°1605926/6-2 et 1605956/6-2, en ligne sur cette page consacrée aux Réductions tarifaires dans les transports

 
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 22:21
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 18:50
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 18:49
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 20:00

 

ALERTE SANTE ! Intervenez pour que Mumia bénéficie au plus vite de soins médicaux

Aux Etats-Unis, si vous êtes derrière les barreaux, la maladie peut être une peine de mort. Le profit est la seule priorité des compagnies d'assurance maladie qui passent des contrats avec l’administration pénitentiaire. Dans le cas de Mumia, on a pu mesurer combien cette réalité était inhumaine, parfois comparable à la torture. Sans la mobilisation internationale, il n’aurait jamais obtenu le traitement pour éradiquer l’hépatite dont il souffrait.

Pour autant, les maladies induites par l’absence de traitement durant une trop longue période n’ont pas disparu par miracle. Il en est ainsi de la maladie de peau (eczéma) qui refait surface sur tout le corps avec son lot de démangeaisons insupportables, au point de ne plus pouvoir dormir tant elles sont intenses et sans répit. Son épouse et ses visiteurs les plus récents témoignent de son état de santé en forte dégradation et des marques visibles d’une peau s’apparentant à celle d’un crocodile avec des traces de saignements sur les bras, la poitrine et le dos … Et il ne sait rien de l’évolution de sa cirrhose du foie à laquelle s'ajoutent désormais des problèmes neurologiques probablement dus à l'eau contaminée de la prison qui rend malade depuis des mois beaucoup d'autres prisonniers.

Le docteur de la prison s'est contenté d'une consultation audio-visuelle avec un dermatologue qui a recommandé un traitement médicamenteux (Duxipent) associé à des rayons ultra-violets. Mumia se souvient avoir dû arrêter le traitement par rayons l'an dernier car, sans contrôle médical associé, les rayons lui ont brûlé la peau. A l’évidence, ce traitement ne peut donc être repris que sous surveillance hospitalière afin de ne pas l’exposer aux mêmes risques. Et sans un bilan médical complet on ne peut administrer à Mumia un médicament tel que le Duxipent aux effets secondaires notoires connus et surtout hors du cadre hospitalier.

Comme nous l’avons fait il y a deux ans, avec succès, nos amis américains invitent les soutiens à Mumia du monde entier à intervenir auprès du responsable de l’administration pénitentiaire de Pennsylvanie et de la directrice de la prison avec ce message (1) :

" We are demanding that Mumia be taken to an independent medical facility, such as Geisinger Hospital, which has the expertise to provide thorough hands-on diagnostic evaluation and offer supervised patient care ".

 

> Précisez dans l’objet de votre mail « To John E. Wetzel » ra-contactdoc@pa.gov

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2017 3 27 /12 /décembre /2017 19:58
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 15:13
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2017 1 04 /12 /décembre /2017 15:13
Partager cet article
Repost0