Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:03
ENSEMBLE, SAUVONS MUMIA
Collectif Unitaire National de Soutien à Mumia Abu-Jamal

43, boulevard de Magenta 75010 Paris - TEL : 01 53 38 99 99 - FAX : 01 40 40 90 98 - E MAIL : abujamal@free.fr

http://www.mumiabujamal.net

 

 

 

 

MERCREDI 6 OCTOBRE
POUR SAUVER MUMIA, CONTRE LA PEINE DE MORT

 

 

► GRAND RASSEMBLEMENT à 18 h
Paris - Place de La Concorde face au Consulat des Etats-Unis

en présence de Maître Robert R. Bryan, avocat principal de Mumia Abu-Jamal

 

Cette initiative s'inscrira dans la semaine de sensibilisation et de mobilisation à l’initiative de la Coalition Mondiale contre la peine de mort et dont le point d'orgue sera la journée mondiale du dimanche 10 octobre consacrée cette année à la situation des Etats-Unis d'Amérique. Ce rassemblement sera aussi l'occasion de marquer notre inquiétude à quelques semaines de l'audience (9 novembre) de la Cour d'Appel Fédérale de Philadelphie au cours de laquelle sera à nouveau examinée la situation de Mumia. Rappelons qu'en janvier 2010 la Cour Suprême des Etats-Unis avait annulé la suspension provisoire de sa condamnation à mort et fait injonction à la dite Cour d'Appel de revoir son jugement. La seule alternative est de savoir si Mumia sera définitivement condamné à mort ou si sa condamnation sera commuée en prison à vie. Bien évidemment d'autres initiatives seront prises dans la perspective de cette audience capitale pour la vie de Mumia.

 

PROJECTION à 20h15

« Les derniers mots de Frances Newton »

 film de Thomas Giefer, Rena Giefer et de Konrad Ege

 

A l’initiative du groupe de travail de la Ligue des Droits de l’Homme "ABOLITION UNIVERSELLE DE LA PEINE DE MORT ET DE LA TORTURE", cette projection (gratuite) aura lieu au 138 rue Marcadet Paris 18 / Métro ligne 12 Lamarck-Caulaincourt  / Bus 60.

 

Participants au débat :  Thomas Giefer, réalisateur - Sandrine Ageorges, épouse du condamnée à mort Hank Skinner, militante pour l'abolition et membre d'ECPM - Robert R Bryan, avocat de Mumia Abu-Jamal et Gloria Killian, militante américaine, ancienne condamnée.

 

 

 

30 septembre 2010

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:18

Un 12 octobre déterminant !

 

mardi 5 octobre 2010

 

Communiqué commun Cfdt, Cfe-Cgc, Cftc, Cgt, Fsu, Solidaires, Unsa

Après les journées du 7 et du 23 septembre, la mobilisation du samedi 2 octobre 2010 a été un formidable succès partout en France. Cette journée a vu de nouveaux manifestants rejoindre les cortèges. Près de 3 millions de salariés du public comme du privé, seuls, entre collègues ou en famille ont continué massivement à exprimer leur opposition au projet de réforme des retraites.

Confronté à cette mobilisation qui s’amplifie, le gouvernement reste campé sur son intransigeance. Il préfère le mépris au dialogue, il commente les chiffres de manifestants plutôt que de répondre à leurs inquiétudes et exigences.

Les organisations syndicales confirment la journée nationale de grèves et de manifestations du mardi 12 octobre 2010. Elles appellent les salariés, les retraités, les chômeurs à y participer massivement.

Alors que s’ouvre le débat au Sénat le 5 octobre et afin de faire du 12 octobre prochain un rendez-vous déterminant, elles appellent leurs organisations à élargir et à amplifier la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires, des rencontres avec les salariés et interpeller les sénateurs en utilisant très largement la lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires.

Les organisations syndicales considèrent qu’il faudra donner des suites au mardi 12 octobre et décident à cette fin de se revoir vendredi 8 octobre 2010.

Fait, le 4 octobre 2010

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:05

 

El agente de la CIA Carlos Alberto Montaner apareció en la televisión colombiana junto a golpista Lucio Gutiérrez
Por: Jean Guy Allard- Granma
Fecha de publicación: 04/10/10
 
Carlos Alberto Montaner, agente gusano anticastrista de la CIA
Credito: Archivo


Golpista Lucio Gutiérrez
La Habana, octubre 4 - Extraña pareja se apareció en NTN 24, el canal de televisión derechista de Colombia alineado con la FOX norteamericana: a unas horas del intento de golpe de Estado en Quito, el agente CIA Carlos Alberto Montaner, prófugo de la justicia cubana por terrorismo, se unió a uno de los líderes del fracasado complot de Ecuador, el ex militar Lucio Gutiérrez, para atacar al presidente Rafael Correa.

Lucio Gutiérrez fue expulsado del poder por una protesta popular el 20 de abril del 2005.

Montaner abrió el show denigrando al mandatario con falacias, a su manera: "Si a él (el presidente Correa) lo llegan a matar en ese momento (...) eso hubiera dado origen a un baño de sangre en el país, ¿por qué hizo eso?, esas cosas no se hacen. Ese no es un comportamiento presidencial —el haberse quitado la corbata y desafiar a los policías", dijo.

Calificando al mandatario de "hombre colérico" y de "persona que le cuesta mucho trabajo controlarse", Montaner —conocido precisamente por estas características— lo acusó de haber ido a reunirse con los policías sublevados para provocarlos. "No fue a buscar ni consenso, ni a conversar, fue a derrotar", lanzó.

Arrogante como siempre, Montaner llegó a ironizar que Correa quiso darse "la imagen de un Presidente repleto de testosterona, que es capaz de controlar la situación... y eso entre alguna gente, que es muy primitiva, que tiene poca educación, quizá eso despierta cierta simpatía".

Llamando con una deferencia inacostumbrada al mandatario defenestrado Lucio Gutiérrez, "señor ex presidente", Montaner le preguntó con una bella incredulidad: "¿Realmente usted tuvo la intención de tumbar a Rafael Correa del poder?".

Y el conspirador golpista le contestó con mucha solemnidad: "Saludos a todo el mundo democrático... desmiento las aseveraciones del presidente Correa de que habría habido un intento de golpe de Estado en el Ecuador. No ha habido no más que una protesta de los policías rasos, una protesta de la tropa de la policía".

Siguió con alegaciones acerca del "pésimo manejo económico que está realizando el presidente Correa" y "por eso intentó a través de una ley reducir los salarios de los policías".

"Tenemos un Presidente que no tolera la oposición", aseguró Gutiérrez a su entrevistador complaciente antes de preocuparse por la suerte de los conspiradores: "¿Qué va a pasar con la oposición? ¿Y quién va a hablar en nombre de la oposición?, que ya empieza a ser perseguida...".

Y Montaner añadió: "Ese es el problema, que no hay mecanismos internacionales de defensa de la oposición...".

Al margen de sus espectáculos mediáticos, Montaner es conocido por su apoyo fanático a los elementos más extremistas de la mafia cubanoamericana.

El año pasado se convirtió a partir del golpe de Estado contra el presidente hondureño Manuel Zelaya, el 28 de junio, en apologista furibundo del dictador Roberto Micheletti, al lado de la congresista norteamericana Ileana Ros-Lehtinen, y de otro cubanoamericano terrorista colaborador de la CIA, Armando Valladares.

Montaner se apareció repetidamente en Tegucigalpa para "defender los derechos humanos", mientras aplaudía cuando el régimen fascista hondureño lanzó su policía contra las manifestaciones de la Resistencia.

Diplomado del Inter-American Defense College (IADC) de Washington, Lucio Gutiérrez participó el 21 enero del 2000 en el golpe de estado contra el presidente constitucional Jamil Mahuad. En el 2002, se hace elegir a la presidencia. Una protesta popular lo expulsó del poder el 20 de abril del 2005 en medio de una fuerte represión que causó la muerte de un periodista, el fotógrafo chileno Julio García, y heridas a cientos de personas.

Nuestra Tele Noticias 24 Horas (NTN24) es un canal derechista de noticias propiedad de la cadena colombiana RCN Televisión que emite desde sus estudios de Bogotá, Colombia. 
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:01
L'association France Cuba et les éditions Don Quichotte
 ont l'honneur de vous inviter en avant-première


À une rencontre-cocktail avec Maurice Lemoine
À l'occasion de la parution de son livre

Cinq Cubains à Miami

Le mercredi 6 octobre 2010 à 19h00

Sur la Péniche La Baleine Blanche
Port de la Gare - 75013 Paris
M° Quai de la Gare



Merci de confirmer votre présence à livremlemoine@yahoo.fr ou au 06 65 36 64 92
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 19:54

Espace analytique

 

                Association de Formation Psychanalytique

   et de Recherches Freudiennes

Journes dtudes

 

27 et 28 novembre 2010

Maison des Cultures du Monde

101 boulevard Raspail

75006 Paris

 

                                 

QUEL HOMME

 

 

 

 

 

Comit dorganisation :

Marielle DAVID, Patrick LANDMAN,

Jean-Jacques MOSCOVITZ, Claude-Nole PICKMANN,

Dominique TOURRES-GOBERT

 

Renseignements :

Espace analytique

Centre Octave et Maud Mannoni12 rue de Bourgogne

75007 Paris

Tl. : 01 47 05 23 09

espace.analytique@wanadoo.fr

www.espace-analytique.org

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 19:38

Trente ans après Copernic


Le jour même du 30ème anniversaire de l'attentat antisémite de la rue Copernic à Paris, le MRAP prend acte de la publication de documents montrant le rôle personnel de Pétain dans l'élaboration du statut des juifs, tel que promulgué par le gouvernement de Vichy en octobre 1940.

Comme le savaient déjà tous les historiens, ce statut infâme était une initiative de l'État français. Il marquait l'aboutissement logique des théories racistes développées en France par l'extrême-droite, depuis l’affaire Dreyfus.

La défaite militaire de 1940 permet alors à cette extrême-droite de prendre le pouvoir et d'appliquer les principes qui ont conduit à l’internement et à la déportation de dizaines de milliers de juifs et d’étrangers.

Si historiquement le génocide a été mis en place et exécuté par les nazis, ces derniers se sont inspirés de théoriciens de plusieurs pays, dont la France, et ils ont été aidés dans cette œuvre de mort notamment par les autorités françaises de l’époque : gouvernement, fonctionnaires, forces de l’ordre, milice. Cependant, de nombreux étrangers - juifs et non juifs - furent en France sauvés grâce à la désobéissance de citoyens écoutant leur conscience plutôt que les lois en vigueur.

Les préjugés antisémites n'ont pas disparu après la chute du nazisme. En témoigne la distinction effectuée après l'attentat de la rue Copernic par le premier ministre de l'époque, Raymond Barre, qui déclarait : "Cet attentat odieux qui voulait frapper les juifs se trouvant dans cette synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic".

Au-delà des nécessaires commémorations, ces événements doivent nous rappeler que la stigmatisation de "l'autre" est souvent la première étape vers les discriminations et violences effectives, voire l'assassinat : juif et tsigane hier et aujourd'hui, musulman ou Rom aujourd'hui.

Aucun peuple n’est à l’abri de la xénophobie et du racisme que des gouvernements agitent dans les situations de crise.

Paris, le 4 octobre 2010

--
Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples
43 bd Magenta - 75010 Paris - Tél. : 01 53 38 99 99
Site web : http://www.mrap.fr
Aider le MRAP : http://secure.mrap.fr
Recevoir nos communiqués :
mailto:communiques-request@lists.mrap.fr?subject=subscribe
Canal vidéo : http://www.dailymotion.com/MRAP-Officiel
Facebook :
http://www.facebook.com/pages/MRAP-Mouvement-contre-le-racisme-et-pour-lamitie-entre-les-peuples/291306800927
Twitter : http://twitter.com/MRAP_Officiel

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 18:06

A l'initiative de l'AFPS et sur invitation de Monique Cerisier ben Guiga, sénatrice, un colloque sur la résistance populaire non violente en Palestine a été organisé au « Palais du Luxembourg » le 25 Juin 2005. Ce colloque avait pour objectif d'élargir le mouvement de solidarité avec la résistance populaire palestinienne (dont la lutte s'inscrit dans le cadre du combat du peuple palestinien pour ses droits nationaux), de s'adresser aux forces politiques françaises pour qu'elles s'impliquent d'avantage dans cette question. Il a réuni 265 personnes (des demandes d'inscription ayant du être refusées) dont des représentants du Mouvement de la Paix, du MAN, du Forum pour un autre monde. Y sont intervenus des Palestiniens, des Israéliens, des personnalités et représentants politiques, des dirigeants de l'AFPS.

La résistance populaire non violente en Palestine n'est pas un fait nouveau. Elle a connu un développement important ces huit dernières années, commencé à Mash'a, Budrus, Jayyous, Qalqilia … Une autre phase de ce mouvement a débuté avec l'expérience de Bil'in qui a su élargir le cercle de la résistance en créant une coordination entre les différents foyers de protestations et assurer sa médiatisation.

Les militants palestiniens, acteurs directs de cette résistance (représentés par Abou Alaa et Mahmoud Zawahra), et les activistes israéliens, qui se trouvent à la pointe du mouvement de solidarité (représentés par Roy Wagner et Yaël Lerer) ont démontré avec force et conviction, l'importance de cette résistance. Il ont tous insisté sur la nécessité de l'élargissement du cercle de solidarité et sur le devoir de la communauté internationale d'exercer des pressions sur Israël, condition nécessaire pour équilibrer le rapport des forces et permettre ainsi de mettre fin à la tragédie du peuple palestinien. Israël, dont l'image souffre de l'extension de ces protestations pacifiques, tente de réprimer ce mouvement par des arrestations, des assassinats et une terreur que les gens qui se sont rendu dans ces villages ont pu constater sur place.

Comme l'ont rappelé les intervenants palestiniens, cette résistance suscite un intérêt croissant des forces traditionnelles palestiniennes (Hamas et Fatah compris) mais également des mouvements de solidarité internationaux qui trouvent en elle, comme l'a si bien exprimé la sénatrice invitante « une forme particulièrement adaptée à un combat asymétrique ». Les intervenants israéliens ont expliqué, lors de cette rencontre, leur rôle de solidarité, de témoignage et de protection des militants palestiniens.

Des représentants des Verts (Jérôme Gleizes) et du PCF (Jacques Fath) ont participé aux travaux de ce colloque en mettant l'accent sur la difficulté et l'exigence d'une résistance non-violente tout en soulignant qu'elle contribue à réunifier le peuple palestinien dans une résistance qu'Israël redoute... Des députés ont, par des messages, apporté leur soutien à cette initiative. Daniel Guarrigue, député de Dordogne proche de D. de Villepin, a insisté sur le fait que ce mouvement contribue à donner une crédibilité nouvelle à l'action de résistance palestinienne.. Pour Jean-Louis Bianco, député socialiste, avec la résistance non-violente, le peuple palestinien fait une démonstration de force politique et morale de grande portée. Il a promis de populariser cette résistance auprès de ses collègues parlementaires.

L 'intérêt de ce colloque nous a conduit à en publier les actes illustrés de photos, dans lesquels on  trouvera les  textes des intervenants, les messages reçus et plusieurs  documents. Cette brochure, vendue 5 €, est disponible au secrétariat de l'AFPS, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris ou par mail afps@france-palestine.org,  auprès duquel on peut la commander.

-- 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 12:42

 

Une nouvelle étape est franchie !

samedi 2 octobre 2010

 

Samedi 2 octobre, salariés ou autres citoyens, jeunes ou plus âgés, issus du public ou du privé, de grandes ou de petites entreprises, en famille ou entre collègues, c’est une nouvelle fois près de 3 millions de manifestants qui sont descendus dans la rue pour crier leur opposition au projet de réforme des retraites.

Plus de 230 manifestations ont été recensées dans tout le pays, dans les grandes ou petites villes. Cette multiplication des rassemblements démontre à l’évidence une conviction et une détermination ancrée.

 

Des milliers de salariés ont participé à leur première manifestation. Cette mobilisation résolue et grandissante ne peut rester sans réponse. Le gouvernement doit maintenant prendre la mesure de la colère des salariés et citoyens de ce pays.

La CGT, aux côtés des salariés, appelle les sénateurs à mesurer l’enjeu social et démocratique du mouvement : il ne peut pas y avoir d’abîme entre la volonté profonde des citoyens de ce pays et la représentation nationale.

 

Le mépris ne peut pas être une nouvelle fois la réponse aux millions de manifestants.

L’ouverture de négociations doit intervenir dans les plus brefs délais. La CGT y défendra des propositions permettant de garantir la pérennité de notre système de retraite par répartition, pour le maintien du droit au départ à 60 ans, avec un niveau de pension permettant de vivre dignement, la reconnaissance de la pénibilité.

 

Pour poursuivre l’élargissement de la mobilisation unitaire la CGT appelle l’ensemble des salariés à débattre dans les territoires et dans les entreprises et décider de nouvelles actions unitaires. La CGT appelle à faire du mardi 12 octobre, par la grève et les manifestations, un moment déterminant pour la suite de la mobilisation.

 

Montreuil, le 2 octobre 2010 à 18h15


Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 10:09

 

"Dans un mouvement exceptionnel "

 

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, pense que le mouvement social est aujourd'hui plus fort que le gouvernement. Pour la suite, la « démocratie va être essentielle ».

 


Après les manifestations de samedi, la mobilisation prend-elle un sens nouveau ?

Bernard Thibault. C'est une nouvelle étape : la mobilisation s'est installée dans le pays. La journée de samedi conforte un mouvement qui dure, rendez-vous après rendez-vous, malgré le gouvernement et le président de la République qui ne cessent de répéter qu'ils ne céderont pas sur le recul de l'âge de départ à la retraite. Nous avons fait un pari en choisissant une mobilisation un samedi, ce qui n'est pas habituel dans la pratique syndicale en France. De telles mobilisations ne réussissent qu'à des moments exceptionnels. Le succès d'aujourd'hui montre que nous sommes justement dans un mouvement exceptionnel.

 

 

Parce qu'il y a eu aussi un public nouveau ?

Bernard Thibault. Oui, il y a eu un renouvellement très important du profil des manifestants. Sans doute pour la moitié, nous avons vu manifester ceux qui ne peuvent pas sortir de leur entreprise par peur de représailles ou de licenciement, des jeunes qui ne sont pas spectateurs, qui deviennent de plus en plus acteurs de la mobilisation. Nous ne sommes pas dans un baroud d'honneur. Il y a une véritable détermination à ne pas laisser passer ce recul social. Ce qui me fait dire que si le gouvernement et le chef de l'état persistent, nous allons vers une crise lourde. Le pouvoir est dans le déni, il a choisi une position radicale.

 

 

Vous avez déclaré vendredi que les grèves reconductibles n'étaient pas à exclure. Est-ce que ça veut dire que la CGT va pousser en ce sens ?

Bernard Thibault. L'intersyndicale a souhaité une multiplication des initiatives dans les territoires et les entreprises. Nous, nous voulons promouvoir la méthode des assemblées générales, des assemblées de personnel, des consultations dans les entreprises pour poser la question : « Que pouvons-nous faire ensemble ? » Pour réussir la suite, la démocratie va être essentielle. Tout ce qu'on envisage de faire doit contribuer à un élargissement, et en même temps, nous avons un calendrier qui se resserre. Nous savons que, dans certains secteurs, les salariés sont disponibles pour des grèves qui ne se limiteront pas à vingt-quatre heures.

 

 

Le gouvernement joue le bras de fer. Nicolas Sarkozy lie la réussite de la réforme à l'élection présidentielle de 2012 En quoi cela pèse-t-il sur le mouvement ?

Bernard Thibault. Je pense qu'un gouvernement, quel qu'il soit, qui ignore à ce point un mouvement social, se condamne pour les prochaines échéances électorales. La question désormais est moins « combien cette réforme peut contribuer à la réélection de Nicolas Sarkozy », que « combien cette réforme, s'il la fait adopter malgré les protestations, pèsera sur sa défaite et celle de sa majorité ». 70 % de la population est opposée à ce projet, sur une question qui structure en profondeur leur vie

 

 

Cela signifie que vous croyez toujours pouvoir le faire reculer ?

Bernard Thibault. Je crois que dans la majorité gouvernementale, on prend la mesure de ce qui se passe. On commence à entendre çà et là des petites musiques différentes. Chez les sénateurs, il y a des signes qui montrent les inquiétudes sur les répercussions politiques de la protestation.

 

 

C'est donc le moment pour les syndicats de tenir bon ?

Bernard Thibault. Le gouvernement ne dit plus que la réforme est juste, il ne lui reste plus comme argument qu'elle est incontournable, un mal nécessaire ! La campagne menée par les syndicats, dont l'unité a été un des facteurs de réussite, a renversé totalement la tendance. Aujourd'hui, c'est nous qui sommes plus forts que le gouvernement. A partir du 12 octobre, le mouvement peut prendre une nouvelle configuration sur la base de décisions prises par les salariés, avec des formes d'actions multiples.

 

Entretien réalisé par Olivier Mayer


 

Tous droits réservés : L'Humanité

Diff. 55 629 ex. (source OJD 2005)

C09293C68CF0FD0B359714A0250381538939611CB0B31AA73A16521

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 10:00

Pont Culturel Méditerranéen : Coopération franco-algérienne pour le développement d’échanges artistiques en faveur de la danse

 

Génèse

Porté par Abou et Nawal Lagraa - Compagnie La Baraka, mis en œuvre par le Ministère de la Culture Algérien, le Ballet National Algérien et l'Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel, soutenu par le Conseil de la Création Artistique pour le volet pédagogique, le Pont Culturel Méditerranéen est un programme de coopération franco-algérienne pour le développement d’échanges artistiques en faveur de la danse. Il a été imaginé dans un objectif de pérennisation sur plusieurs années afin d'apporter un appui au développement de l'expression chorégraphique dans le respect de l'histoire commune qui est au cœur de la relation franco-algérienne.

Les engagements forts et pérennes des partenaires et maîtres d’oeuvres du projet ont permis l’organisation d’événements spécifiques dès 2009 et sa mise en oeuvre à partir de 2010.

 

Objectifs

- Créer une Cellule Contemporaine au sein du Ballet National Algérien
- Créer un pôle formation de cette cellule
- Créer un pôle création de cette cellule
- Faciliter les flux croisés d’oeuvres chorégraphiques
- Favoriser la professionnalisation des techniciens du spectacle
- Développer des actions de sensibilisation des publics français et algériens autour des enjeux de cette coopération

En préfiguration du projet sur lequel les partenaires travaillent depuis 2008, plusieurs actions et événements ont été organisés dès 2009 :

- Deux tournées de la compagnie La Baraka en Algérie ont permis un premier contact avec le public algérien avec les pièces « Allegoria Stanza » et « RBVB » (soutiens 1ère tournée : Fondation BNP Paribas, BNP Paribas El Djazaïr, Région Rhône-Alpes, ONCI) en mai et juillet 2009.

- Abou Lagraa s’est vu confier par Mme Khalida Toumi, Ministre de la Culture, la chorégraphie de Cérémonie de Clôture du 2ème Festival Panafricain d’Alger en juillet 2009.

Le cœur du projet est la création, en 2010, d'une Cellule Contemporaine au sein du Ballet National Algérien constituée de 10 danseurs recrutés lors d'une vaste audition nationale parmi les jeunes talents algériens. Cette cellule est structurée autour de deux pôles indissociables que sont la formation et la création et permet d'offrir aux danseurs algériens les outils nécessaires

pour s'épanouir au travers de l'art chorégraphique.

Cette première année du programme aboutit à la création en septembre 2010 de « Nya », pièce d’Abou Lagraa pour les danseurs de cette Cellule Contemporaine qui sera en tournée en France et à l’International durant la saison 2010-2011.

 

La formation, pierre angulaire du projet

 

« Sensible à la richesse de son patrimoine culturel, virtuose en danse hip-hop, cette jeunesse insolite, curieuse d'apprendre, est une force en elle-même!

Soucieuse de préserver l'authenticité et la singularité de chacun, cette formation a pour objectif d’asseoir des bases classiques et de transmettre les notions fondamentales de la danse contemporaine.

À l'image du parcours du danseur et chorégraphe Abou Lagraa, elle leur permet de toucher à différentes techniques pour atteindre l’état de danse, l’état de grâce. Relayés par une équipe de pédagogues et de danseurs, au travers d’objectifs pédagogiques clairs, nous aurons à coeur de susciter des vocations en partageant notre expérience. »

Nawal LAGRAA

 

Compagnie La Baraka - Abou Lagraa - 115 Bd de la Croix Rousse - 69004 Lyon - Tél : (+33)4 78 29 59 80 begin_of_the_skype_highlighting              (+33)4 78 29 59 80      end_of_the_skype_highlighting - rp@cie-labaraka.com

 

Partager cet article
Repost0